Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Anne PERRIN-LOUVRIER
Articles récents

Des rues de lumière à la place des bougies

19 Décembre 2018 , Rédigé par Anne PERRIN-LOUVRIER

Ce n'est pas le visage du tueur de Strasbourg sur le marché de noël , qui devrait continuer de tourner en boucle sur les réseaux sociaux. La communication par l'image a désormais ses limites. La magie des fêtes est aujourd'hui remplacée par "les petites lumières, place des bougies où la République nous a donné rendez-vous" chante Patrick BRUEL. Un nouvel album, où se raconte les faits marquants des six dernières années. Y insérer un hommage aux victimes des attentats, dont la liste ne cesse de s’accroître évoque une triste réalité : vivre avec le terrorisme. 

Puissions nous encore garder la lumière des bougies pour des faits plus heureux. 

Lire la suite

Faire un cadeau ou un achat ?

16 Décembre 2018 , Rédigé par Anne PERRIN-LOUVRIER

C'est le dilemme des fêtes de fin d'année " avoir fini ses cadeaux de noël dans les temps". Le mouvement des Gilets jaunes en nous rappelant l'essentiel et l'indispensable pour vivre, a aussi le mérite de nous faire remémorer que le cadeau vidé de son sens est un achat, de surcroît bien souvent acheté à la va vite. Avoir envie de faire plaisir à l'autre, avec le temps de le faire et le discernement nécessaire, mais quelle joie ! 

Alors, soyons joyeux, réfléchissons à faire plaisir, choisissons,  doutons, et agissons pour faire le bonheur. Bon shopping de noël.

Lire la suite

Gilets Jaunes C'est la faute à qui ? (2)

16 Décembre 2018 , Rédigé par Anne PERRIN-LOUVRIER

Marre d'entendre dire que la politique nationale est source de tous les fléaux. C'est la faute à Macron, à Hollande, à Sarko, à Chirac, à Mitterrand, à Giscard.

Et si c'était la faute à l'inertie des élus locaux, dont je suis aussi.

Faut il lever la main pour entériner toutes les hausses, notamment celles qui touchent le pouvoir d'achat comme celle des transports en commun. Si nous analysons nos postes de dépense, le prix du ticket ou de l'abonnement pour une famille, est toujours à la hausse, que vous soyez collégiens ou adultes usagers. Un ou deux euros sur un forfait par mois, multiplié par chaque membre de la famille, ça finit par chiffrer. S'auto-féliciter de la création d'agences de services publics par exemple pour l'emploi n'existant que grâce aux subventions, c'est oublié que Pôle Emploi a adressé des emails à tous ses inscrits pour faire savoir que toute discussion ne se fera que via une plateforme et non plus en dialoguant avec son conseiller. A chacun sa créativité. Accepter de voter des rapports remis sur table, ne pas s’enquérir de la transmission des annexes ou des fiches d'actions, est-ce digne d'un élu à l'écoute de celui qui l'a élu ? On pourrait aussi s'alarmer sur l'absence d'écoutes dans les assemblées avec une fois le micro fermé des déversements de haine sur les réseaux sociaux. N'est-il pas impensable de polémiquer sur des dépenses de fonctionnement contraintes de nos collectivités, dans une période de crise. Que dire des dépenses de communication ou d'inaugurations pailletées au montant astronomique, alors que le beau livre rayon Arts ne figure plus dans la hotte du Père Noël au pays des Académies. Et des investissements financés par 50% de l'impôt est-ce raisonnable, indispensable ou essentiel ?

Il y a bon nombre de collectivités territoriales vertueuses. Heureusement. Il existe  des élus travailleurs, créatifs, consciencieux. Heureusement. Aujourd'hui, des hommes et des femmes manifestent sachons aussi entendre leur voix et désarroi dans nos décisions prises localement. 

Lire la suite

"Macron Dégage" Quelle honte ! (1)

16 Décembre 2018 , Rédigé par Anne PERRIN-LOUVRIER

Parler d'un mouvement de personnes en l'assimilant à une chose : un gilet jaune, en dit long sur le manque de respect que l'opinion publique se fait de l'Homme. La cristallisation de cette violence est la résultante des réseaux arborant tel un trophée son opinion. Ce n'est pas par hasard d'ailleurs, que l'on associe au mot trophée, celui de guerre. Point de surprise à entendre des mots violents : "Macron dégage".

Il y a des femmes, qui entendent de tels propos "Dégage" pour marquer la rupture. J'en connais. Ce doit être un mot à la mode. Un mot qui fait de moi un Homme avec un grand H. Pourtant, ce n'est pas un mot facile à écrire dégage, ne pas oublier l'accent aiguë avec une consomme qui se prononce avec un son é, surfer sur le ga et le ge, deux sons différents qui font la lettre g.  A la subtilité de l'écriture s'ajoute les nuances temporelles du sens; parce que dégager dans une démocratie républicaine est l'oeuvre d'un dictateur. Donc Macron dégage est un anachronisme. 

Espérons que le Président de la République, dont la légitimité est issue du suffrage universel, mette fin à cette crise, tout comme celles qui ont entendu dans leur vie personnelle ce "dégage" sachent encore écrire la vie peut être d'un jaune poussin très doux, mais éclairé de poudre d'or. 

Lire la suite

Comment un Président de la République peut-il remplir une salle ? Vendre des livres !

25 Novembre 2018 , Rédigé par Anne PERRIN-LOUVRIER

Mesurer la côte de popularité d'un Président de la République au regard des sondages est un programme à lui seul. Après quelques mois au pouvoir et des mesures engagées, l'histoire se répète, mesurant uniquement les mécontentements. Arrêtons donc de se référer aux sondages pour venir grossir le socle des pessimistes. Qui plus est toujours à la même période, celle de la distribution des prix littéraires du mois de novembre. Donc, un seul remède pour se détacher de ce mouvement "président bashing". Lire des livres. 

Ce n'est pas la Société de ventes aux enchères PIASA, qui me contredira avec la très belle vente d'un millier d'ouvrages contemporains du Président François MITTERRAND, pour 1,5 millions d'euros. Un record dans une salle bondée dans un PARIS apaisé. Une autre image de la France après des images inacceptables des Champs Elysées ce samedi 24 novembre 2018. Avec aussi des titres symboliques comme "Des Hommes de Bonne Volonté de Jules Romain", puisque l'essentiel est de vouloir bien faire et faire équitablement en sachant qu'il faut écrire l'avenir. Exercice hautement difficile. 

Lire la suite

"Mes parents m'ont donné un nom pas celui de réfugiée"

30 Octobre 2018 , Rédigé par Anne PERRIN-LOUVRIER

L'esclavage moderne, à trois heures de Paris, des enfants qui se lèvent à 6H00 du matin, avec rien dans le ventre, pour ramasser des patates jusqu'à 14H00 ! Mais que font les ONG, que fait l'UNICEF, que font les Pays des Droits de l'Homme ?

Documentaire insoutenable de Bernie BONVOISIN, un coeur de rocker après "La chasse au chagrin", des images terribles par les témoignages de ces enfants. Un rêve : "jouer dans des jardins comme avant." ..."dans des maisons qui gardent des secrets". Et puis le chant des enfants qui appellent leur Patrie " Don't forget, I'm syrien" . Bouleversant témoignage d'enfants, qui ne prennent plus le chemin de l'Ecole.

Des enfants de la guerre avec les mots de Patrick FRANCHINI, qui mettent à mal, à juste titre notre zone de confort. Il y avait un temps en Côte d'Or où on parlait un peu moins de bien vivre ensemble dans nos assemblées délibérantes, mais où des Hommes politiques invitaient des Franchini à venir témoigner. Un juste équilibre de la pensée. Savoir et Agir pour ne pas rester indifférent. 

 

Lire la suite

Commémoration du 11 novembre 2018

26 Octobre 2018 , Rédigé par Anne PERRIN-LOUVRIER

Petite fille d'un Officier, médaillé militaire pour faits et armes au champs d'honneur pendant la guerre de 1914-1918, défilant avec son régiment à Paris en 1918, officier de la légion d'honneur, ma déception est grande de voir grandir une polémique sur la commémoration des cent ans mettant fin aux atrocités de cette guerre.

Faut il rappeler, que la commémoration militaire se faisait exclusivement à Paris, en présence du Chef des Armées. Selon la Constitution, le chef de l'Etat. Les communes célèbrent cette commémoration officielle aux monuments aux morts, précédée par un culte. Point de défilé.

De retour du monument aux morts, il était une phrase culte de mon Grand Père "Encore un 11 novembre, où j'ai eu très froid. Il était temps de sortir les manteaux" ! Je pense que toutes mes cousines et cousins ont cette "date dressing en tête ". Le la, avant de passer à table. Cette année, chaudement emmitouflée aux monuments aux morts, j'aurais une pensée émue pour celui, qui avait si bien défendu la France. 

Les propos journalistiques qui transgressent la pensée du Président de la République, n'honorent pas ce combat. Ils feraient mieux de se faire l’écho des initiatives des Ecoles, aux côtés des municipalités ou des belles cérémonies commémoratives à venir, comme celle qui se prépare à Verdun. J'espère que je pourrai lire dans une certaine presse ou entendre sur les ondes que le 1er novembre prochain, sera prélevé la flamme de l'Arc de Triomphe à Paris pour prendre le chemin de Verdun. Des faits à souligner. 

Il y a des événements qui ne méritent pas de transgression. 

 

Lire la suite

Allée Sonia RYCKIEL

21 Octobre 2018 , Rédigé par Anne PERRIN-LOUVRIER

Les inconditionnelles de la Rive Gauche peuvent se réjouir, une allée Sonia RYKIEL a été inaugurée, à quelques pas du mythique 175 bd Saint Germain. La vitrine à l'angle pour laquelle, nous sommes toujours nombreuses à snober l'arrêt du 63 pour attendre le bus l'arrêt suivant, pour quelques rayures de plus. Mais il y a rayures et rayures.

On a à tord, fait de cette cérémonie, une ode aux féministes. Sonia RYKIEL était avant tout tissée de fils de la féminité, avec ses premiers tricots, pour accueillir son ventre de femme enceinte. Anne Hidalgo aurait dû relire son premier livre où elle évoquait ses fils de laine, sa grossesse, son amour de Tout avec un T majuscule. Elle écrivait " Tu m'illumines, tu m'emportes. comme un ruban enlacé, je te suis à travers les routes, les fils. Je te rattrape. Je veux venir à toi, enroulée dans mon manteau fermé. Mais aussitôt je pars pour que tu accoures, tu m'appelles, tu t'installes sur mon ventre. Etre enceinte, c'est la splendeur de tous les sens. Comme une étoile filée dans l'attente de savoir....

A l'aube de grands débats sur la GPA, on devrait relire Sonia RYKIEL pour comprendre et pas seulement porter ses pulls rayés pour ne pas se tromper de débats. Attention aux images stigmatisantes toutes faites. Surtout que le tricot redevient un passe temps. 

Lire la suite

"Et tu n'es pas revenu" - Marceline Loridans-Ivens

21 Octobre 2018 , Rédigé par Anne PERRIN-LOUVRIER

Germaine TILLION et Geneviève de GAULLE ANTHONIOZ, figures de la résistance et toutes deux déportées avaient fait leur entrée au Pantheon. Simone VEIL les a rejoint. Toute en légèreté l'indéfectible amie, Marceline LORIDAN-IVENS s'en est allée. On espère qu'avant de mourir, Elle a pu finir de se persuader que "ça valait le coup de revenir des camps", puisque c'est sur cette interrogation qu'on referme le long monologue qu'Elle  écrit à son Père qu'elle apostrophe par son " Et tu n'es pas revenu". 

Inoubliable roman de sa chère petite fille. "On l'est encore à quinze ans. On l'est à tous les âges. J'ai eu si peu de temps pour faire provision de Toi". 

Cent pages pour ne pas oublier.

Lire la suite

Carnet du Jour

21 Octobre 2018 , Rédigé par Anne PERRIN-LOUVRIER

Passé sous silence, l'hommage discret d'Alain Delon dans le carnet du Jour du Figaro rappelant que le 23 septembre, Romy Schneider aurait eu 80 ans. "Que ceux et celles qui l'ont aimée et l'aiment encore aient une pensée pour Elle. Merci. Alain DELON".

De si jolis mots pour ce couple mythique qui s'est d'abord aimé sans mots, l'un parlait allemand, l'autre français. Encore une des prouesses d'un Visconti au talent incommensurable

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>